Trop ou pas assez!

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Je veux être partout tout le temps en même temps, genre avoir 42 clones seraient la meilleure avenue de vie pour moi. Mais c’est TROP. Et impossible.

Trop d’idées c’est comme pas assez d’idées. Trop d’activités c’est comme pas assez d’activités. Trop d’amis c’est comme pas assez d’amis. En gros, trop c’est comme pas assez. Et souvent, les personnalités « TROP » comme moi, ont ben de la facilité à être « PAS ASSEZ », ce qui génère beaucoup TROP d’anxiété. J’ai réalisé dernièrement que j’étais une personne anxieuse. Surprise! Et je m’aide pas parce que je passe ma vie à vouloir tout faire, tout voir, tout accomplir ! Je veux être partout tout le temps en même temps, genre avoir 42 clones seraient la meilleure avenue de vie pour moi. Mais c’est TROP. Et impossible. Du moins, pour le moment! 

Et si j’arrive pas à tout faire, je trouve que j’en fais pas assez ou carrément, que je ne suis pas assez. Mais comme dit si bien Brené Brown : « You’re enough » ou « Tu es assez » en français. Je suis assez. Ce que je suis, ce que je fais, ce à quoi j’aspire et qui est en chemin, c’est assez. Mais dans un société de performance, de bien paraître et de productivité, on a l’impression qu’il faut toujours en faire plus. Je sais pas si c’est la fatigue qui me fait écrire aujourd’hui mais à chaque fois que je prends le temps de le faire, d’écrire je veux dire, ça m’apaise. C’est quelque chose qui me fait vraiment du bien et que j’oublie de faire parce que je suis TROP occupée à penser à ce que j’ai pas ASSEZ fait aujourd’hui. Genre.

La sobriété, comme la paix d’esprit, c’est un work in progres, ça arrive pas en criant Soberlab! 

Juste être. Au quotidien. Quelle job! Et c’est ça, la sobriété dans le fond. Un état d’être. Un état de paix, constant. Juste être bien sans paradis artificiel, sans compulser dans un facteur extérieur, sans avoir besoin de se faire flatter dans le sens du poil. Juste être. C’est le défi d’une vie, me direz-vous. Mais en réalité, c’est un défi à relever au quotidien. Un jour à la fois, je tends à être plus calme, moins agité, juste bien d’exister dans le moment présent. La sobriété, comme la paix d’esprit, c’est un work in progres, ça arrive pas en criant Soberlab!  Mais un jour, à force de parler, d’écrire, de lire, de partager avec d’autres êtres humains qui vivent des choses similaires, tout s’adoucit. 

Bref, écrire c’est une belle façon de prendre soin de soi. Si toi aussi, tu as envie de partager une vision, une idée, une opinion ou même quelque chose de fictif et créatif, la plateforme Soberlab est accessible. Tu n’as qu’à nous écrire, faire un petit pas vers nous, simplement. Ce ne sera jamais un pas de TROP, ça. 

Je vous envoie plein de #soberlove 

Eliane

P.S Restez à l’affût, au moins d’octobre, il y a le Défi OcSobre de la Fondation du Grand Chemin auquel je vais participer et je vais vous inviter à participer avec moi! 

Bonjour

Joins-toi à nous !

Connecte-toi