Si j’ai réussi, toi aussi tu peux y arriver…

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Texte par Eliane Demers

Tes amis t’ont lâché (tes vrais là) parce que au point où tu es rendu, c’est juste des parasites qui te tournent autour.

Ça commence comme ça! Pas d’intro, pas de belles phrases de début de texte. Comme ça, ben impulsivement à 0h04 devant mon ordi. Mais t’sais c’est moi ça, l’impulsivité! Ça fait un bout que je me dis qu’il faut que je raconte ce que j’ai vécu, du moins un p’tit boute!  Il faut dire que j’en aurais pour une trilogie et peut-être même plus…

Je vous parle de la fille qui regarde l’ancienne fille de l’ancienne vie, t’sais celle qui pensait jamais s’en sortir, qui pensait jamais être heureuse sauf ben gelée pis ben saoule à je sais pas quelle heure du matin, je sais plus combien de jour en ligne au point où tu t’souviens même plus de ton nom ou de où tu habites… Pis là, BANG! 4h de l’après-midi ben malade par terre avec un hangover level 1000,  mention spéciale au maudit down de ton 4-5 jours en ligne de tite affaire blanche ben hypocrite.

Tu t’réveilles pis paf ça t’saute en pleine face : ” I need help!” Okay, c’est ben l’fun que tu t’aperçoive que ça peut plus marcher là, mais tu fais quoi avec ça? Tes amis t’ont lâché (tes vrais là) parce que au point où tu es rendu, c’est juste des parasites qui te tournent autour. Ta famille, elle, est plus capable de tes appels pis de tes sautes d’humeur. Ils te regardent plus vraiment aller car ça leur fait trop mal, aussi mal que ton nez pis ta tête ce jour-là… Donc là, t’es dans ton appart ben en bordel à te demander c’est qui qui va te croire cette fois-ci que tu veux t’en sortir? Ben sérieux, personne va te croire.  Je suis bien désolée mais t’as épuisé ton monde, et la seule personne qui peux te croire, c’est toi.

HELP! Tout de suite parce que j’en sortirai pas vivante! Le lendemain tu commences toutes les thérapies, rencontres et plus encore.

C’est ben beau tout ça mais tout ce qui te reste à faire, c’est de te rendre à l’hôpital pis brailler toute ta vie devant la petite madame et les 2-3 autres qui croisent ta route. HELP! Tout de suite parce que j’en sortirai pas vivante! Le lendemain tu commences toutes les thérapies, rencontres et plus encore. C’est cool, ça te fait du bien, mais attends minute, fille! T’es loin d’avoir fini…

Te rappelles-tu des parasites de tantôt ? Ben eux, sont encore là à la sortie de ton rendez-vous chez la psy ou de ton groupe d’entraide à te texter « t’es ben plate, viens donc prendre un verre! ». Tu leurs réponds plus à 4h du matin mais eux, ils continuent, ils te textent pas mal pis ça te chicote chaque fois. Parce que t’sais les autres là, les vrais? Ben, y sont plus là. Tu te ramasses seule avec toi-même pis je te dis, c’est là que ça se passe. C’est là que tu décide de pas retourner en arrière, de piler sur ton orgueil de fille de party qui a ben envie de se dire que cette fois ça va être correct de les voir… Mais non, ça le sera pas. Ça le sera jamais.

Sauf que là, les parasites y vont faire leur party de parasites ensemble pis ils vont te regarder de loin. Il t’appelleront plus, ils te texteront plus non plus.

S’il-te-plaît, fais tout ce que tu veux, appelle n’importe quel numéro d’aide mais réponds plus à ces démons-là qui sont derrière toi. Oui, tu vas être toute seule avec toi même pour un temps, la vie va te tester pis je te jure que tu vas rusher ta vie. Il est plate en maudit ce bout-là.  Mais tu sais quoi ? Je te jure que si tu passes à travers ça – pis j’étais ben sceptique- à la limite du “le monde se fout de ma gueule…” Ben, je te jure que tu vas avoir des merveilles qui vont t’arriver, des nouvelles rencontres, des anciens qui vont revenir, mais t’sais du bon monde, là. Tous ceux qui te regardaient de loin en disant : « Pauvre p’tite, elle fait pitié… », ils vont finir par t’admirer. Au début,  ils vont apprendre à te ré-apprivoiser bien doucement. Je te jure que tu voudras plus retourner en arrière. No way !

Je te dis pas que ça va être facile, que t tu auras pas de rechute, de down ou de gens qui ne croiront plus en toi. Sauf que là, les parasites y vont faire leur party de parasites ensemble pis ils vont te regarder de loin. Il t’appelleront plus, ils te texteront plus non plus. Ils vont peut-être même rêver de faire comme toi, de devenir sobres, dans une nouvelle vie remplie de bonheur et de joie. Pis toi, tu vas te regarder dans le miroir et tu vas être bien fier de toi, de où t’es rendu.

Lâche pas. Si j’ai réussi, toi aussi tu peux y arriver.

Soberlab

Author: Soberlab

Bonjour

Joins-toi à nous !

Connecte-toi