C’est juste pas pour moi!

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Témoignage par Karo M.

La vie a toujours été généreuse avec moi mais cette année, c’est encore plus. Je n’arrivais pas à me l’expliquer. J’essayais de faire des liens mais je n’y arrivais pas. Et puis, j’ai commencé à me demander si ça pouvait être lié à ma sobriété.

Une de mes résolutions cette année était d’arrêter de boire de l’alcool.

Je n’ai pas pris cette résolution parce que j’estimais avoir un problème d’alcool mais un peu parce que je souhaitais me prouver que je n’en n’avais pas un !

Vous voyez, je proviens d’un milieu festif. Prendre de l’alcool, c’est juste normal. Je ne parle pas ici de se saouler régulièrement. Je parle de prendre un verre ou deux pour décompresser d’une grosse journée ou pour la célébrer lorsqu’elle a été bonne. Un verre ou deux lorsque le week-end arrive ou qu’il est arrivé. Deux ou trois verres lorsqu’on se retrouve autour d’un repas avec les gens qu’on aime. Et les grandes occasions ; le temps des fêtes, Pâques, les vacances, les anniversaires, etc.

Depuis le début de l’année, je suis sobre. Il y a quelques mois, je vous aurais dit que j’avais maintenant la preuve que j’entretenais une relation saine avec l’alcool puisque, pour être honnête, je ne trouve pas ça difficile du tout. Même au début, ça n’a pas été si difficile.

Vous n’avez pas idée des belles choses qui m’arrivent depuis le début de l’année. De belles rencontres, de belles opportunités, de belles réalisations. La vie a toujours été généreuse avec moi mais cette année, c’est encore plus. Je n’arrivais pas à me l’expliquer. J’essayais de faire des liens mais je n’y arrivais pas. Et puis, j’ai commencé à me demander si ça pouvait être lié à ma sobriété. J’ai d’abord cherché des liens avec des choses que je fais différemment mais je ne trouvais rien de précis. C’est en me tournant vers l’intérieur que j’ai trouvé.

La petite voix.

Quand tu démontre de l’audace ou que tu exprimes tes rêves, elle te dit « pour qui tu te prends ? »

Cette petite voix qui nous rappelle qu’on a parlé un peu fort hier soir. Qui te dit que t’avais pas d’affaire à dire ça, que tu as peut-être mis quelqu’un dans l’embarras ou dévoilé quelque chose que t’aurais pas dû. La voix qui prend de plus en plus de place quand tu lui donnes des occasions de te taper dessus. Elle se sert des occasions d’ivresse pour te chuchoter des affaires mais, quand tu ne sais pas la gérer, elle reste là. Quand tu démontre de l’audace ou que tu exprimes tes rêves, elle te dit « pour qui tu te prends ? ». Parfois, elle t’empêche même d’aller vers les gens, de leur tendre la main ou un sourire. Elle te dit « de quoi tu vas avoir l’air ? »

À cette petite voix, ma sobriété lui dit « Ta yeule ! ».

Ce n’est pas ce que je fais, c’est l’énergie que je dégage qui est différente. C’est dans ma tête que je suis différente.

Il m’apparait maintenant évident que je ne suis pas très bonne pour gérer ma petite voix. C’est donc beaucoup plus simple de ne plus lui donner de place.

Je comprends maintenant que l’alcool, c’est juste pas pour moi.

Soberlab

Author: Soberlab

Bonjour

Joins-toi à nous !

Connecte-toi