Ce « j’aime » que l’on considère comme de l’amour… DE L’AMOUR EN CONSERVE!

Texte par Philippe Boucher

Dans une société où l’amour et les liens familiaux sont de moins en moins valorisés, les médias sociaux auront réussi à combler un vide important dans les rapports humains.

Le « like ». Symbole d’approbation et dose d’amour éphémère. Mark Zuckerberg, bravo. Tu auras réussi, en l’espace d’une décennie, à donner de l’amour en conserve à des millions de gens qui avaient besoin d’approbation, d’amour, de considération et surtout de reconnaissance. Je l’avoue aujourd’hui, j’ai été longtemps un de tes cobayes de laboratoire mon Mark! Bravo!

Dans une société où l’amour et les liens familiaux sont de moins en moins valorisés, les médias sociaux auront réussi à combler un vide important dans les rapports humains. À l’époque, une caresse, une accolade, un bisou ou un léger clin d’œil pouvait être considéré comme une marque d’affection qui comblait ce vide. Aujourd’hui, tu peux simplement, d’un coup de doigt sur ton téléphone combler ce besoin d’amour et d’affection par un message laconique, une photo de toi devant un miroir ou la face du petit dernier qui a la bouille beurré de chocolat!

J’avais besoin de voir ces milliers de petit pouce bleu s’aligner au-dessous de mes écrits ou de mes photos pour me sentir apprécié.

C’est alors que la toile s’enflamme! Le « like », le « love », le « smiley » sans oublier les : « Wow. C’est donc ben cute! » qui s’empile sous ton « post » alors que ton cœur fait le bruit d’une caisse enregistreuse ou d’une machine à sous payante!  Certains nostalgiques diront : « dans not’ temps,  on se parlait pas juste par téléphone! ».  Je ne suis pas de ceux-là, ces nostalgiques de l’âge de pierre qui voit la technologie comme l’ennemi du bien.  Je suis de ceux qui croient qu’il faut simplement prendre ces marques d’approbation pour ce qu’ils sont : un geste anodin qui ne dure qu’une fraction de seconde dans la vie de celui qui approuve.

Combien d’entres vous ont déjà écrit quelque chose, attendu quelques minutes pour rouvrir votre téléphone et être déçu-e-s du nombre de « like »?  Si tu me dis que ça ne t’arrive jamais, tu mens!  Mais tellement!  Personne ne veut passer un message dans l’anonymat! Personne ne prend une photo de ses abdominaux ou de sa fameuse craque en se disant : « si personne ne like, je m’en fous! ». Pourquoi pensez-vous?  Parce que nous sommes le résultat de nos pensées et de nos actions.  Je ne juge pas personne, j’ai inventé le concept!

Je crois au pouvoir des médias sociaux pour améliorer le dialogue entre les gens. Par contre, l’amour en canne ne te donnera jamais ce qui est nécessaire dans la vie : l’estime de soi.

J’étais dans une relation malsaine il y a quelques années et dans l’absence d’amour véritable, j’ai été le premier à me réfugier dans les commentaires et les approbations de mes milliers de statuts Facebook ou de mes tweets! Car j’avais besoin de combler un manque tout simplement! J’avais besoin de voir ces milliers de petit pouce bleu s’aligner au-dessous de mes écrits ou de mes photos pour me sentir apprécié. C’est fou comment l’absence de considération se comble de façon weird, non?

Simplement ce matin, j’ai « liké » plus d’une dizaine de photos, statuts ou articles publiés sur Facebook. Si vous me demandez lesquels, je ne pourrais même pas vous donner des noms même si j’étais sous torture à Guantanamo! Car je suis comme un entrepreneur en construction dans une commission d’enquête publique : j’m’en souviens pus!!!

Les médias sociaux ont leur utilité. On doit les utiliser pour se parler et communiquer. On doit aussi promouvoir des idées, des projets et des valeurs. Je crois au pouvoir des médias sociaux pour améliorer le dialogue entre les gens. Par contre, l’amour en canne ne te donnera jamais ce qui est nécessaire dans la vie : l’estime de soi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENVIE DE PARTICIPER A L'EXPÉRIENCE SOBERLAB?

INSCRIVEZ-VOUS!

%d blogueurs aiment cette page :