Ma Sobriété… Mon plus beau cadeau à moi de moi.

3 ANS LE 8 SEPTEMBRE… Je pense beaucoup depuis quelques jours à tout ce que ma sobriété m’a apporté… Je réalise que même si tout cela n’est pas toujours facile, j’ai toujours une pleine conscience de ce que je vis. Je suis moi-même et vraie! Je suis beaucoup moins égocentrique, je pense beaucoup aux autres et je donne énormément d’amour à mon être et autour de moi. En étant sobre à tous les jours je vois beaucoup plus clair qu’avant. Je ne suis pas juste dans ma tête à regarder le sol ou le ciel quand les gens me parlent. Je suis capable de les regarder droit dans les yeux et j’écoute aussi ce qu’ils me disent. Mon Dieu, quelle différence! Je ressens les émotions et je suis capable de vivre l’instant présent. C’est tellement merveilleux!

J’aimerais reculer un peu en arrière pour vous faire comprendre ma situation…

Il y a 5 ans, suite à la perte de mon commerce, j’ai plongé dans l’alcool et je me suis mise à fumer la cigarette et à consommer du speed, à tous les jours. Moi qui n’étais même pas fumeuse, je trouvais que la cigarette allait bien avec mes 10-12 bières quotidiennes! J’étais complètement détruite d’avoir perdu mon Salon de Bronzage dans lequel j’avais mis tant d’amour et d’énergie durant 10 ans.

Comme je l’ai dit lors de ma parution à l’émission de Denis Lévesque l’année dernière, perdre son commerce ça porte à boire!

Très malheureux et dangereux de boire pour noyer son chagrin. Et une fois pris au piège il est difficile de s’en sortir.

« Je me suis dit : ″OK Jani! Là ça va faire! J’arrête tout!″ Je m’étais rendue assez loin pour avoir assez peur faut croire. »

Disons qu’à chaque matin, c’était trois fils qui se touchaient dans ma tête en même temps : mes trois dépendances (alcool, speed, cigarette)! La même chose jour après jour, à me détruire à p’tit feu, tout ça pour la perte de mon commerce.

Même mon père me disait : « Jani, si tu continues comme ça, c’est l’hôpital, la prison ou la morgue! » … C’était très grave tout ça, quand j’y pense!

Le 8 septembre 2014, au matin, j’étais très malade et mon cœur ne battait plus normalement. J’ai eu très peur… J’étais blanche comme Blanche Neige et je vomissais dans la toilette sans arrêt. Je me suis dit : « OK Jani! Là ça va faire! J’arrête tout! » Je m’étais rendue assez loin pour avoir assez peur faut croire.

Cette journée-là, j’ai fait mon premier X de sobriété sur mon calendrier dans la cuisine. C’était le début d’une nouvelle vie, même si j’avais beaucoup de difficulté à croire que j’allais m’en sortir.

Je voulais réussir! Et c’est ce que j’ai fait! J’ai tout fait pour transformer ma vie. Il fallait que ça change!
« Je n’ai pas besoin d’alcool ni de drogue pour rire, danser, chanter… Je n’ai pas besoin de ça pour vivre de superbes soirées! »

Ça m’a pris énormément de courage et de volonté pour m’en sortir. Une journée à la fois, un X de plus à chaque jour… J’étais fière de moi malgré le fait que j’étais toujours fatiguée et que je voyais tous mes problèmes devant moi – problèmes que je devais maintenant affronter et régler un à un.

Je réfléchissais beaucoup et je savais que la perte de mon commerce avait été l’élément déclencheur qui m’avait fait perdre la raison. Mais j’ai aussi compris plus tard que tout partait de mon enfance. Que ce n’était pas seulement la perte de mon commerce la cause.

Six mois de sobriété plus tard j’ai décidée d’écrire ma biographie. J’avais envie de faire le grand ménage de ma vie. L’écriture de mon livre m’a permis de mieux comprendre mes comportements et de réaliser tout ce que j’avais vécu. J’étais quand même une petite fille qui avait passé la moitié de sa vie à l’hôpital.

J’ai une maladie qui se nomme « ostéogenèse imparfaite » ou « maladie des os de verre ». Mes os se fracturent à rien. C’est une vie très difficile.

Le titre de mon livre est donc 157 Fractures, Histoire vraie. Mon père a écrit la moitié du livre – de 0 à 18 ans – et moi j’ai écrit l’autre partie, de 19 à 37 ans. Il est maintenant en vente dans toutes les librairies du Québec.

Aujourd’hui, je suis conférencière dans les écoles primaires, secondaires et les écoles pour adultes. En plus d’être humoriste depuis 3 ans. Je fais plein de spectacles!

Je suis également très sportive. Je m’entraîne à la boxe deux fois par semaine et je fais des marathons, tout ça assise dans mon fauteuil roulant. Ma santé va super bien! Avec mon rétablissement, j’ai aussi développé une vie spirituelle qui me donne une grande force intérieure et qui m’oblige à vivre le moment présent, vivre ce qui est réel! Je ne fuis plus la réalité! Je la vis complètement!

« C’est pas toujours facile d’emprunter ce chemin, mais je préfère rouler dans cette direction et VIVRE à la place de SURVIVRE. »

Faut demander de l’aide et travailler fort pour s’en sortir! Mais c’est possible!!!

J’ai fait un énorme travail sur moi qui m’a permis de me découvrir et de prendre soin de ma santé. Pour rien au monde je ne reculerais. Je m’estime aujourd’hui et j’ai confiance en moi. Chaque journée est une journée de sobriété de plus, qui me rend de plus en plus une belle personne.

Je n’ai pas besoin d’alcool ni de drogue pour rire, danser, chanter… Je n’ai pas besoin de ça pour vivre de superbes soirées! La seule chose qui me manquait, c’était d’être entourée de gens sobres, parce que je me sens souvent seule dans ma nouvelle vie.

Merci Soberlab d’exister!

Comme je vous l’ai dit au tout début, c’est pas toujours facile d’emprunter ce chemin, mais je préfère rouler dans cette direction et VIVRE à la place de SURVIVRE. Je sais aussi qu’un jour je vais rencontrer dans ma vie amoureuse une belle personne qui va me ressembler! Parce que la sobriété apporte plein de belles surprises!

Soyez fiers de vous! Merci beaucoup! On continue…

Jani Barré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENVIE DE PARTICIPER A L'EXPÉRIENCE SOBERLAB?

INSCRIVEZ-VOUS!