Lettre d’adieu

Témoignage par Anne-Sophie Barrette

Chers Alcool, Médicaments, Drogues et Troubles alimentaires ;

Chère addiction,

Toi et moi, c’est terminé. Je ne peux pas continuer à vivre ainsi, dans les ténèbres. Je ne peux pas dire que ça va être facile. Au contraire. Depuis maintenant plus de 10 ans, je me réfugie dans tes bras chaque fois que je ressens une émotion. Je me blottis contre toi pour justement ne pas les vivre. C’est toujours toi qui m’a accueillie et accompagnée à travers mes épreuves, mes joies, mes peines, mes craintes, mes chicanes et mes contraintes. Tu as été ma béquille, mon échappatoire. Le creux de ton cou a été plus confortable que celui de tous les hommes avec qui j’ai été. Tu m’as été très utile à certains moments de ma vie que je n’ai pas su gérer de façon adéquate. Tu m’as réconfortée, tu m’as fait rire, tu as augmenté mon estime personnelle et ma confiance en moi, tu m’as apporté du courage et de la force, tu as su tranquilliser mon esprit agité, tu m’as donné des moments de répit quand je me sentais dépassée. Tu m’as permis de me foutre du jugement des autres. Tu m’as donné des ailes et j’ai cru qu’ensemble, on pourrait bouger des montagnes.

Tout ce que tu m’as donné, tu me l’as repris de force, me laissant encore plus désemparée qu’avant. Tu ne m’avais pas dit que tout ce que tu me donnais avait un prix horrible à payer : ma liberté.

Seulement, tu sais quoi? Je réalise que tout ce que tu m’as apporté n’était qu’illusoire. En vérité, tu es la relation la plus toxique que je n’ai jamais eue. Tu es tellement sournoise. Tu as pris le contrôle de ma vie. Tu as géré mon portefeuille, mon sommeil, mes relations interpersonnelles, mon énergie et mes humeurs. Tu m’as faite prisonnière.Tout ce que tu m’as donné, tu me l’as repris de force, me laissant encore plus désemparée qu’avant. Tu ne m’avais pas dit que tout ce que tu me donnais avait un prix horrible à payer : ma liberté. Je ne vivais que pour toi. Du réveil au coucher, mes pensées t’étaient destinées. « Quand vais-je me geler? Comment vais-je m’en procurer? Avec quoi? Avec qui? Ça va coûter combien? Ça va durer combien de temps? Etc. » Tu m’as attirée vers toi en me séduisant avec tes promesses de bonheur et tu m’as bernée. Je croyais avoir trouvé l’amour. J’ai sauté à pieds joints, convaincue d’avoir trouvé un remède miracle à ma souffrance. Mais tu es devenue plus souffrante que la souffrance elle-même. Tu m’as abusée. Tu m’as manqué de respect, tu m’as mentie, volée, manipulée. Tu m’as isolée.

Mais là, je n’en peux plus de vivre dans ce monde d’artifices.

Tu as une emprise sur moi. Lorsque je suis sous ton charme, je ne pense plus clairement et je ne raisonne plus. Je perds le contrôle. Je deviens obsédée par l’idée de te garder près de moi et je suis prête à tout pour cela. Blesser ceux que j’aime, enfreindre la loi et même mettre ma propre vie en jeu… En autant que toi et moi on reste côte à côte. Mais là, je n’en peux plus de vivre dans ce monde d’artifices. Je me suis réveillée trop de fois complètement abattue et malheureuse par ta faute, et même si j’ai essayé de mettre un terme à notre relation maintes et maintes fois, je retombe sous ton charme après quelques heures car tu réussis toujours à te faire pardonner.

Tu sais quoi? Tu me fais voir que dans la vie, il n’y a pas de solution facile. On doit travailler pour obtenir des résultats. Je me souviens d’une peinture à mon école secondaire sur laquelle était écrit : « Il n’y a que dans le dictionnaire que Réussite vient avant Travail. » J’ai le goût de travailler. Dieu m’a donné le cadeau de la vie et je suis en train de passer à côté. Aujourd’hui, je décide d’en profiter. J’ai déjà assez perdu de temps que je ne récupérerai jamais. Aujourd’hui, je sais que je suis capable de m’en sortir. D’autres l’ont fait avant moi. Je réalise à quel point tu es toxique et à quel point tu me veux du mal. Je ne suis jamais comblée avec toi. Ce n’est jamais assez. Je ne suis jamais satisfaite. Tu es une quête sans fin de désespoir, de solitude, de peur, de honte et de culpabilité. J’ai assez souffert. J’ai assez exploré cette vie infernale. Ma mère me dit que la pire journée vécue dans l’abstinence vaut plus que la meilleure journée vécue auprès de toi. Merci mon Dieu pour cet éclair de lucidité. Aujourd’hui, je décide de tourner la page et de choisir la vie. Aujourd’hui, je place mes efforts dans l’espoir et l’amour.

Il est temps de sortir de mon apitoiement et de mon égocentrisme, et de vivre dans la gratitude et l’altruisme. Même si la vie n’est pas facile, elle vaut la peine d’être vécue.

Comme je l’ai dit plus tôt, ce ne sera pas facile car je suis très attachée à toi. J’ai besoin d’aide. Je ne peux pas réussir seule. Dieu, dans sa générosité et son amour, m’a donné deux parents merveilleux, des amis sur qui je peux compter, un amoureux qui a foi en moi et une équipe soignante compétente. Il est temps de faire face à mes peurs. Je dois travailler et me discipliner. J’ai causé assez de torts.Il est temps de sortir de mon apitoiement et de mon égocentrisme, et de vivre dans la gratitude et l’altruisme. Même si la vie n’est pas facile, elle vaut la peine d’être vécue. Toi, tu m’empêches de vivre. Tu m’amènes dans les ténèbres.

Chère addiction, je te dis adieu. Adieu Alcool, adieu Pot, adieu Anorexie, adieu Opiacés, adieu Benzos, adieu Boulimie. Merci de m’avoir amenée où je suis car maintenant, je peux me servir de toi pour grandir spirituellement, pour aider d’autres de tes victimes et pour apprécier davantage les cadeaux que la vie m’a faits, et que je n’étais pas en mesure d’apprécier avant les prises de conscience que tu m’as fait prendre. Je m’ouvre désormais à la vie et au bonheur. J’ai confiance que tout va bien aller. Je place ma petite main dans la grande main de Dieu et Le laisse me guider.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENVIE DE PARTICIPER A L'EXPÉRIENCE SOBERLAB?

INSCRIVEZ-VOUS!

%d blogueurs aiment cette page :