Le premier joint

Témoignage par Maude F. 

Je n’ai jamais vraiment été acceptée telle que j’étais, je voulais tout essayer pour y parvenir.

Lorsqu’on arrive au secondaire on essaie de tout faire pour être accepté et être « cool ». Dans mon cas, puisque je n’ai jamais vraiment été acceptée telle que j’étais, je voulais tout essayer pour y parvenir. J’ai donc essayé la marijuana (le pot) puisque tout ou presque tout le monde le faisait. J’étais très influençable et je voulais surtout impressionner un gars dans la gang… donc en secondaire 2 ou 3 j’ai fumé ma première « puff » et ça a tout de suite cliqué avec moi.

L’effet que j’ai ressenti m’a fait un bien extrême. Je n’avais plus aucun problème en étant gelée. Au début, je me disais qu’une fois n’était pas grave, mais à force de me dire ça, « une fois » est devenu une habitude, un besoin. Je me croyais bien, je ne voulais pas entendre et écouter ce que les gens avaient à dire contre le pot puisque moi j’étais bien et j’aimais beaucoup l’effet qu’il avait sur moi. J’ai finalement gradué et en même temps j’ai pris de la liberté… je trouvais donc encore plus de moyens pour me geler le cerveau, pour me sentir bien et paisible.

Même si dans ma tête je n’étais pas accro, aussitôt que je le pouvais je fumais, tant en me levant le matin qu’en me couchant le soir.

Après environ 3 ans et demi d’attente, j’ai finalement repris contact avec le garçon en particulier et nous formons maintenant un couple. Ses amis fumaient encore donc c’était plus facile encore de fumer et de se procurer du pot, surtout quand on a déménagé en appartement ensemble. Même si dans ma tête je n’étais pas accro, aussitôt que je le pouvais je fumais, tant en me levant le matin qu’en me couchant le soir. J’ai passé environ les 3 dernières années de ma vie à fumer sans arrêt. Je suis même allée à me séparer de ma famille et de mes vraies amies pour me rapprocher d’autres personnes que je croyais mes amis, mais qui au fond étaient là simplement pour l’herbe…

Après plusieurs disputes avec mon amoureux pour des niaiseries, j’ai réfléchi au fait que depuis qu’on fumait à tous les jours, on s’était perdus. J’avais perdu l’homme avec qui je suis tombée en amour et vice et versa à cause du pot. On a pris la décision que notre amour valait plus que le pot. Même si je n’étais pas du tout prête à arrêter, j’ai compris que le pot n’a jamais réglé mes problèmes, mais qu’il les gelait, et qu’ils revenaient de plus belle une fois à jeun.

J’ai aussi compris qu’on ne doit pas virer la terre à l’envers pour être acceptée. On doit simplement être et rester nous-mêmes.

Cette journée-là, le 10 juillet 2018, j’ai compris que j’étais dans un cercle vicieux et que ce que tous les gens me disaient (et que je ne voulais pas écouter…) était vrai.  J’ai également compris que même si on fumait en couple, je le faisais en premier lieu pour moi et que seulement moi pourrait faire ce changement dans ma vie.

Je ne croyais pas que les premières semaines allaient être aussi difficiles. Je pleurais toujours pour rien et j’étais vraiment à pic. Après maintenant 1 mois et 3 jours de sobriété, je réalise tout ce que j’ai manqué durant 3 ans de ma vie! J’arrive maintenant à agir en adulte, telle une grande femme de 20 ans! J’ai aussi compris qu’on ne doit pas virer la terre à l’envers pour être acceptée. On doit simplement être et rester nous-mêmes. Honnêtement c’est le plus beau cadeau que j’ai pu m’offrir cette année!

Je suis si fière de moi d’y être parvenue! Tous les jours est une meilleure journée et j’en profite encore plus à chaque jour.

J’ai même pu à la fois me rapprocher de ma famille et de mes vraies amies. Après avoir traversé toutes ces épreuves ensemble, j’ai enfin retrouvé l’homme avec qui j’étais tombée en amour et je peux définitivement dire que je me sens merveilleusement bien! C’est encore frais, mais je vois déjà tous les côtés positifs que la sobriété m’apporte. Je suis plus active et je sors plus, bref je profite de la vie au maximum maintenant! Et je fais des projets avec l’argent que je gaspillais pour la drogue! Ça paraît pas, mais on se rend compte que ça coûte cher!

Étant gelée, je ne pouvais pas conduire et avoir ma moto puisque l’argent manquait. Alors j’ai bien hâte d’accomplir mon rêve d’avoir ma moto et mon permis. Cette abstinence portera fruit dans tous les rayons de ma vie! Je suis si fière de moi de me donner cette chance! Tous les jours est une meilleure journée et j’en profite encore plus à chaque jour.

Merci la vie pour cette chance que tu m’as donnée!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENVIE DE PARTICIPER A L'EXPÉRIENCE SOBERLAB?

INSCRIVEZ-VOUS!

%d blogueurs aiment cette page :